L’amour n’existe pas !

L’amour c’est comme l’argent.

Bon pas vraiment, mais l’argent permet de comprendre une partie de cette équation qui est l’amour. En fait, tout est parti de cette question que j’ai posée dans un forum « Pourquoi c’est si important qu’une personne nous aime ? ».

J’ai posé cette question à la suite d’un charmant petit message d’une dame, Jocelyne, qui disait : « Il n’y a rien de plus précieux que d’avoir une personne qui nous aime sans arrière-pensée. »

Et tout le monde était enchanté par ce message. Moi par contre j’ai un peu cassé l’ambiance avec ma question. Et j’ai d’ailleurs ajouté ceci : « Avant de réagir je pose une autre question : Peut-on vivre sans l’amour de l’autre ? »

Et un des intervenants (une autre dame) m’a alors amené dans le livre qu’on appelle Bible. Me disant que l’amour est tout, et qu’on devrait s’aimer les uns les autres, et que Dieu a fait ceci ou cela…

 

Voici ma réponse :

Tu vois que la question-là nous amène déjà très loin. Dans les débats plus complexes. Parce que lorsqu’on parle déjà de Dieu, c’est une autre affaire, une nouvelle inconnue qui s’ajoute dans l’équation. Or si je reviens à notre première interrogation… 

 

On voit bien que l’amour, se faire aimer, c’est un peu comme quelqu’un qui ne sait pas quoi faire pour avoir de l’argent. Et puis ses frères et sœurs disent : « Aidons notre frère, vous voyez bien qu’il n’a pas de boulot, alors cotisons de temps en temps pour lui donner de quoi vivre de manière digne. »

 

Je traduis donc le très beau message de Jocelyne ainsi, en faisant le parallèle avec mon exemple du frère pauvre, sans travail. « Il n’y a rien de plus précieux que d’avoir une personne qui nous aide financièrement sans arrière-pensée. »

 

C’est la même chose hein, et ce n’est pas mauvais. Mais au fond, celui qui n’a pas de travail, qui n’a pas d’argent, a très certainement un problème. Et tant qu’il ne règle pas ce problème il ne sera pas tranquille. Même si vous les frères vous lui donnez tout l’argent du monde.

 

Car il y a un besoin caché en chacun de nous, qui est celui d’être capable. Ou d’avoir le pouvoir. Au moins sur sa propre vie. C’est quelque chose d’instinctif chez l’être humain. Et quand ça te fait défaut, tu souffres, et parfois sans savoir pourquoi.

 

Il s’agit du pouvoir de gagner son propre argent.

 

Et non de dépendre des autres. Quand bien même ils le font sans arrière-pensée. 

Toi-même tu vas toujours penser qu’ils médisent de toi, se moquent de toi, car tu n’as rien, et eux te donnent tout. En fait, c’est un manque de pouvoir sur sa vie. Qui te fera te sentir moins important que les autres. Et c’est un gros problème. Une absence de bonheur personnel.

 

De même lorsque tu as du mal à pouvoir produire ou gagner ton propre amour, et bien il te sera difficile voire impossible d’être épanoui, juste en dépendant de l’amour que les autres t’apportent. 

 

Et voilà d’où viennent mes interrogations sur cette affaire d’amour :

Peut-on travailler/cultiver son propre amour ?

Peut-on travailler pour gagner son propre amour, comme on peut travailler pour gagner son propre argent, et se sentir puissant, ou du moins fier de soi et comme ayant pouvoir sur sa vie (au moins à ce niveau) ?

 

Ou alors faut-il absolument dépendre de l’amour que les gens nous donnent ou qu’ils nous font ressentir ? Ou de celui que nous fait ressentir cette personne qu’on appelle « mon amour » ? De sorte que si elle est absente, ou si on est en froid, on souffre, on est en manque, ou on se sent vide ? 

 

Et finalement est-on condamné à jouir de l’amour seulement quand l’être aimé le décide ?

Et que le jour de la séparation, de la trahison ou de la rupture, on se retrouve frustré, mal, blessé, vide, car on n’est pas CAPABLE de produire pour soi-même, tout seul, et à volonté cet amour, ainsi que toutes les belles émotions qu’il génère ? 

 

N’est-ce pas un handicap de ne pas être capable en tant qu’être humain de jouir d’une qualité de l’être humain ? 

 

N’est-ce pas pareil que le fait d’avoir des yeux qui peuvent voir, mais qui sont incapables par eux-mêmes de distinguer les couleurs, ne pouvant le faire qu’avec des lunettes ? Ça veut dire qu’il y a un problème.

 

De même n’est-ce pas un handicap si notre être ne peut activer l’énergie de l’amour qui circule en lui, sans passer par un moyen externe (un autre être appelé « mon amour ») ? D’autant plus que ce « mon amour » détient aussi le pouvoir de désactiver cet accès à notre amour. 

Si c’est le cas, alors nous sommes perdus. Vu qu’on accèdera à la plus belle des choses ou des énergies en nous, juste selon qu’une autre personne le souhaite ou pas. Et cette autre personne étant un être imparfait, rempli de faiblesses et de défauts psychologiques, alors c’est mal barré. On ne va jamais jouir de l’amour complet. La plénitude.

 

Si donc on ne peut pas jouir de la plénitude de l’amour, alors comment on fera pour partager l’amour à gogo autour de nous ? 

 

Quand je parle de partager l’amour à gogo, c’est que je sais qu’on ne peut partager que ce qu’on a, surtout quand ça nous suffit à nous-même. 

 

Et donc on ne peut pas s’aimer les uns les autres, et aimer tout le monde et même les ennemis, comme dit le livre (Bible) que tu cites ; si au préalable on n’a pas l’amour en abondance dans notre être, et si on n’a pas nous-même le pouvoir d’en jouir et d’en disposer comme on le souhaite.

 

Donc de deux choses l’une :

  • Soit le livre que tu as cité, la Bible, se moque de nous, ou essaie de nous manipuler ou nous tromper, en nous demandant de faire une chose impossible, cultiver l’amour universelle. C’est-à-dire : aimer tout le monde.
  • Soit alors c’est nous-même qui ne comprenons pas quelque chose : l’amour est en nous, on peut le cultiver ou le fructifier, pour en avoir assez afin de le partager avec le plus grand nombre. Mais seulement on ne sait pas comment faire.

 

Et j’opte donc pour le deuxième cas, car la Bible n’est pas le seul livre du genre, qui parle de l’amour universel comme une possibilité d’un être humain accompli ou digne de ce nom.

Il est ainsi clair que : on n’a pas assez d’amour en nous pour aimer tout le monde. 

 

Et vu qu’on dépend du mari, de la femme, du copain, la copine, le frère, la sœur ou l’ami(e) pour ressentir de l’amour, ça veut dire qu’on manque même d’amour ne serait-ce que pour soi-même (être heureux et en extase juste pour ce qu’on est sans dépendre de qui que ce soit pour ça).

 

Donc l’amour n’existe pas ! Chez la plupart d’entre nous. Ou du moins ils n’en jouissent pas !

Voilà les faits. Et le monde d’aujourd’hui prouve bien que l’amour manque chez plusieurs. La grande majorité. Et donc ne faudrait-il pas songer à le développer en chacun de nous d’abord avant d’échanger avec un autre être humain dans le cadre d’une relation dite justement amoureuse ? 

 

Ne devrions-nous pas au moins être capable de produire le minimum d’amour suffisant pour soi-même ? Au moins ça. Pour que la relation avec l’autre, dans le cadre du couple, soit un véritable partage ou échange, et que cela soit réellement digne de ce qu’on appelle relation amoureuse. 

 

C’est-à-dire un échange d’amour pour un autre. Au lieu de chanter et réciter les choses sans vraiment les comprendre, ni les faire… 

C’est pourquoi j’ai commencé en disant que l’amour c’est comme l’argent, soit vous avez bossé pour en avoir assez, au point de se multiplier tout seul. Et que ça ne vous fasse plus jamais défaut. Et que vous puissiez ainsi le distribuer à gogo. 

 

Soit alors vous n’en avez pas. Et devenez une sangsue qui dépend des autres. Ils vous aident peut-être de bon cœur, mais vous êtes quand même un boulet qui, à force de tendre la main, finit par perdre le respect aux yeux de tous. 

 

C’est pareil en amour. Si l’autre en face sent que vous êtes en chien, ou que vous êtes à la recherche folle d’amour, d’attention, de romantisme, de tendresse et tout le reste, et bien il va, même inconsciemment, vous donner ce que vous voulez, peut-être, car au début il trouvera ça charmant, mignon, et il se sentira fier et important de donner, il se sentira généreux, grand, intéressant.

 

Mais vous serez à sa merci. C’est lui qui va contrôler la relation, ou qui vous contrôlera. Il soufflera le chaud et le froid. Et à un moment vous allez vous sentir minable. 

Ou alors à un moment, la personne va avoir marre d’être le donneur. Et elle va commencer à fermer le robinet. Ce qui va vous faire énormément mal, car vous serez déjà additif de ses dons d’affection. 

 

Ou alors la personne va se barrer, se sentant trompée, ou pigeonnée d’être toujours là à donner, donner toujours, sans rien recevoir de significatif en retour. 

Bref, à la fin c’est toujours de la souffrance. Et l’amour est-ce de la souffrance ? Non ! Il ne peut pas être à la fois doux et amer. Non ce n’est pas l’amour, c’est un mensonge, une illusion, une erreur. 

 

Donc oui l’amour n’existe pas. Du moins cet amour-là est faux et illusoire. La vraie question est alors : comment acquérir ou développer l’amour vrai ?

La première chose est d’abord de tenter de comprendre ce que c’est que l’amour. Réellement. Et c’est aussi ça qui nous forcera à passer par l’étape « connaissance de soi ».

 

Ok l’amour existe, le vrai. Mais c’est quoi ? 

 

Vous pouvez lire la suite dans le livre : Marketing Spirituel les clés de la connaissance de soi pour booster votre business en tombant amoureux de vos clients.

 

Laisser un commentaire